• LASOURIS

      

      

      

    La trappe à souris !

    Une souris regardait un jour à travers un trou dans un mur. Elle vit un paysan et sa femme en train de déballer un paquet. Quelle nourriture pouvait-il bien contenir ? Mais quelle ne fut pas sa surprise de découvrir qu'il s'agissait d'une trappe à souris.

     

    Fuyant vers l'arrière de la ferme, la souris criait de tous côtés : « il y a une trappe à souris dans la maison, une trappe à souris dans la maison ! ». Le poulet leva la tête, se gratta et dit : « excusez-moi, Madame Souris, je me rends bien compte que c'est une grande inquiétude pour vous, mais cela ne me regarde pas. Que voulez-vous que j'en fasse ? ». La souris se tourna alors vers le cochon. « Oh, je suis désolé Madame Souris, la seule chose que je peux faire pour vous est de prier. Soyez assurée que je vous porte dans mes prières ». La souris se tourna enfin vers le bœuf. Celui-ci se moquait de la souris : « Oh là là, Madame Souris, mais c'est terrible, une trappe à souris ! Mais je suis gravement en danger, n'est-ce pas ? ». Finalement, la souris se décida d'affronter la trappe à souris seule.

    Dans la nuit, on entendit un bruit dans la maison qui ressemblait à celui d'une trappe à souris se refermant sur une souris. La femme du paysan s'en alla voir ce qui avait été pris. Dans la nuit, elle ne vit malheureusement pas le serpent venimeux dont le bout de la queue avait été pris dans la trappe. Le serpent mordit la femme du paysan. On dut partir à l'hôpital. La femme revint avec de la fièvre. Or, comme tout le monde le sait, il est fortement conseillé de faire boire à quelqu'un qui a de la fièvre une bonne soupe au poulet. Le paysan prit donc sa hache et coupa le cou du poulet. Malheureusement, la maladie continua et beaucoup de gens vinrent pour garder la malade. Le paysan dut tuer son cochon pour nourrir tout le monde. Finalement, la femme mourut et le paysan dut abattre son bœuf pour nourrir les personnes venues pour l'enterrement.

    Ainsi donc, la prochaine fois que vous entendrez dire qu'une de vos connaissances est aux prises avec un problème qui ne vous concerne pas, souvenez-vous de la trappe à souris. Lorsqu'un des nôtres est menacé, nous sommes tous en danger. Nous sommes tous impliqués dans ce voyage qu'on appelle la vie. Ayons l'oeil ouvert sur nos proches et faisons un effort pour nous encourager mutuellement.

    Auteur inconnu

     

      

    a263aaa5

     

     

      

      

     

       

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •   

     
     

    Le Sexe des Mots!

     

     

     

     

    UN HOMME ÉCRIT:

    Voici UNE leçon de grammaire amusante :

    Pourquoi, dès que c'est UNE galère, c'est tout de suite au FÉMININ ?

    LA pluie, LA neige, LA grêle, LA tempête, tout ça, c'est pour vous les FEMMES!

    Nous, les hommes, c'est LE soleil, LE beau temps, LE printemps, LE paradis!

    Vous, vous n'avez vraiment pas de chance :
    LA vaisselle, LA cuisine, LA bouffe, LA poussière, LA saleté, LA balayeuse.

    Nous, c'est LE café dans LE fauteuil avec LE journal en écoutant LE hockey
    et ça pourrait être LE bonheur
    si vous ne veniez pas semer LA discorde et LA chicane.

    Pour retrouver LE calme, je crois que nous devrions laisser LE genre décider.

    Vous pouvez regarder LA télé, mais nous choisissons LE poste.
    Même si LA télécommande vous appartient, nous avons LE contrôle.

    D'ailleurs, dès que c'est sérieux, comme par hasard, c'est tout de suite au MASCULIN.

    On dit UNE rivière, UNE marre d'eau, mais on dit UN fleuve, UN océan.
    On dit UNE trottinette, mais UN avion à réaction!
    Et quand il y a UN problème dans UN avion, c'est tout de suite UNE catastrophe.

    C'est toujours la faute d'UNE erreur de pilotage,
    d'UNE panne d'essence,
    d'UNE mauvaise visibilité,
    bref, toujours à cause d'UNE connerie.

    Et, alors là, attention mesdames,
    dès que LA connerie est faite par UN homme,
    ça ne s'appelle plus UNE connerie,
    ça s'appelle UN impondérable.

    Enfin, moi, si j'étais vous les FEMMES, je ferais UNE pétition.
    Et il faut faire très vite parce que votre situation s'aggrave de jour en jour.

    Y'a pas si longtemps, vous aviez LA logique, LA bonne vieille logique FÉMININE.
    Ça ne nous a pas plu, nous les HOMMES, nous avons inventé LE logiciel.

    Mais, vous avez quand même quelquefois des petits avantages:
    Nous avons LE mariage, LE divorce;
    vous avez LA pension, LA maison.
    Vous avez LA carte de crédit, nous avons LE découvert. "

    RÉPONSE D'UNE FEMME :

    Cher Monsieur,

    Si vous aviez consulté une femme avant de publier votre fameuse leçon,
    vous auriez sans doute renoncé à le faire, bien que marrante soit-elle!

    Mais, quand même, voilà en retour la vraie leçon qui a dû vous échapper :

    Pourquoi à chaque fois qu'il y a UNE réussite,
    UNE victoire ou UNE gloire,
    il y a toujours UNE FEMME derrière !

    Mais, quand il y a UN drame, UN malheur,
    UN vol, UN viol et UN harcèlement sexuel,
    il y a UN HOMME derrière !

    Et voyons le masculin sur quelques plans :

    Côté Météo :

    LE mauvais temps, LE nuage, LE vent, LE tonnerre, dans tout ça,
    LA visibilité n'a pas de place et boom, voilà UN accident!

    Quel drame!

    Côté santé :

    Quel malheur quand l'humanité a connu :
    LE cancer, LE sida, LE sras.

    Au féminin, ce n'est que LA grippe, LA fatigue, et ça passe!

    Côté social:

    C'est LE crédit, LE chômage, LE malaise, LE stress,
    LE crime, LE vol, LE viol, LE suicide, LE terrorisme,
    et voilà LE massacre !

    Ceci a tué LA tranquillité, LA sérénité, LA stabilité, LA paix et LA sécurité !

    Côté Amour :

    Au masculin :
    c'est LE cœur en fer, LE coup de foudre,
    et LE chagrin d'amour causé à LA femme !

    Au féminin :
    c'est LA fidélité, LA sincérité, LA stabilité, LA vigilance,
    LA responsabilité et LA veille de LA préservation de LA vie conjugale.

    Côté travail :

    Au masculin :
    c'est LE retard, LE laisser-aller, LE café, LE prétexte, et ....!

    Au féminin :
    c'est LA ponctualité, LA rentabilité, LA responsabilité et LA conscience professionnelle!

    LA preuve, c'est que lors d'UNE réunion,
    on vous donne LA permission d'exprimer votre avis,
    mais, en conclusion, nous avons LA décision
    car on a LA bonne vision, LA précision et LA certitude !

    Tout cela vous dérange et, en fin de jour,
    vous attendez impatiemment LA nuit pour vivre LA relaxation et LA détente.

    Enfin, cher Monsieur, comme vous l'avez dit dans votre leçon :

    Nous avons LA logique!
    Oui, nous l'avons toujours et avec fierté, et, si vous avez inventé LE logiciel,
    malheureusement vous avez toujours LE virus en parallèle,
    car vous n'avez pas bien étudié L'affaire!

    Pour clore mon message qui n'est autre qu'une réaction au vôtre, cher Monsieur:

    Si vous, les hommes, désirez avoir un peu de privilèges que nous avons nous les femmes,
    alors, c'est simple, on vous a accordé un terme pour l'utiliser :

    Tout simplement ne dites pas : je suis UN homme...

    Mais, dites plutôt : je suis UNE personne...


    BONNE JOURNÉE!

      

     http://cartespostales.chezmaya.com/v2/component/zoo/item/le-sexe-des-mots.html 

      

      

     

       

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  • Blague du jour
    Un incurable pessimiste fait tomber sa tartine beurrée et, pour une fois, elle ne graisse pas la moquette:
    - Zut! s'écrie-t-il, consterné, je l'avais beurrée du mauvais côté.

    Bétisier du jour
    Militaire : Ne sait pas nager, ne fait rien pour apprendre, persiste à rester au fond de l'eau pour faire rire ses camarades.

    Réflexion du jour
    Toutes les clauses de garantie deviennent caduques au moment du paiement de la facture.

    Citation du jour
    Pour exceller en quelque chose, il faut y prêter une persévérante attention.
    François Marie Arouet, dit François VOLTAIRE

    Dicton du jour
    Celui qui pense qu'il peut réussir et celui qui pense qu'il ne le peut pas, ont tous les deux raison.

    Maxime du jour
    Faire comprendre des choses complexes à des gens simples frise souvent l'abus de confiance.
    Philippe BOUVARD

    Proverbe du jour
    Qui aime bien tard oublie.
    PROVERBE FRANÇAIS

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  
     

    Des prières d'enfants!

     
     

    Cher Dieu,


    Ça doit être très difficile pour toi d’aimer toutes les personnes du monde.
    Il n’y en a que quatre dans notre famille et je n’y arrive jamais.

    ====================

    Cher Dieu,


    À la place de laisser mourir les gens et de devoir en refaire d’autres...
    pourquoi ne pas simplement garder ceux que tu as ?

    ====================

     

    Mon Dieu,

    merci pour le petit frère mais... je t'ai prié pourr que ce soit

    un petit

     chien

    ====================

     

    Mon Dieu,

    il a mouillé pendant toutes nos vacances
    et mon père était de mauvaise humeur.
    Il a dit des choses sur toi que personne n'est supposé dire
    mais j'espère que tu ne le puniras pas.
    Ton ami. (mais je ne te dirai pas mon nom).

    ====================

    Mon Dieu,

    s.v.p. envoie-moi un poney.
    Je ne t'ai jamais rien demandé avant. Tu peux vérifier.

    ====================

    Mon Dieu,

    penses-tu réellement quand tu dis
    "Fais aux autres ce qu'ils auraient fait pour toi" ?
    Parce que, je suis à la veille de tapocher mon frère.

      

     

    Mon Dieu,

    si tu me donnes une lampe Aladin avec le génie,
    je vais te donner tout ce que tu veux, excepté mon argent et mon ordinateur.

    ====================

    Mon Dieu,

    quand tu as fais la girafe, l'avais-tu prévu comme ça ou c'est un accident ?


    ====================

    SVP Dieu

    ne me fait pas grandir!!!!


    Car la maîtresse a dit aujourd'hui que ta maison appartenait aux enfants!

    ==============================

    Tout simplement adorable!

      

     

     

     
     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  • 6, 7 et 8 février : Journées Mondiales sans Téléphone Mobile

     

    « Bonjour ! Je ne suis pas joignable pendant les 3 jours à venir. Merci de raccrocher, d’éteindre votre portable et de réfléchir sur la place du téléphone mobile dans votre quotidien. Bon courage ! » Voici un exemple de message de répondeur que vous pourriez enregistrer dimanche prochain…

    Testez votre addiction !

    En effet, le 6 février est la première des 3 Journées Mondiales sans Téléphone Mobile (6, 7 et 8 février) ! Mises en place par l’écrivain français Phil Marso, ces journées symboliques cherchent à nous faire réfléchir sur la relation que l’on entretient avec notre téléphone. Dépendance, indifférence… C’est à vous de voir ! Le but étant de sensibiliser les quatre milliards d’utilisateurs du monde à l’impact de cette technologie sur notre quotidien, sur nos relations humaines, sur notre santé, sur l’environnement et de nous apprendre à vivre, pendant trois jours, comme l’ont toujours fait les générations précédentes !

     

     

     

    L’idée d’un écrivain

    Phil Marso a eu l’idée de lancer cet événement en 2001. Après avoir publié son livre « Tueur de portable sans mobile apparent », l’écrivain spécialiste en polar a voulu « ouvrir un débat de réflexion sur nos comportements vis-à-vis du portable ». Selon lui, « c’est en se privant de l’utilisation de son téléphone mobile pendant ces 3 jours que chacun d’entre nous pourra comprendre la nature de la relation qu’il entretient avec cet outil ». Instauré le jour de la St Gaston, la date de la Journée sans mobile a été choisie pour rappeler la chanson du chanteur Nino Ferré « Gaston y’a l’téléfon qui son i y répond ! ». Un clin d’œil amusant !

     

     

    Interroger les jeunes

    Pour cette 11 ème édition, Phil Marso a choisi comme thème les tarifs abusifs des opérateurs. Le slogan 2011 est : « Captez ma thune, c’est abusé ! ». L’écrivain a également mis en place une pétition « Téléfon » pour lutter contre l’augmentation des prix forfaits et demander la baisse du tarifs des textos qu’il compte déposer au ministère des finances le 31 mars 2011. Il suggère aux opérateurs la mise en place d’une carte prépayée « universelle » à 5 euros/mois pour les 17 500 000 utilisateurs de ces cartes. Il invite également les enseignants des collèges et lycées de France à proposer un débat aux élèves autour de 22 questions sur le téléphone portable, par exemple : « Le portable a-t-il changé les comportements humains dans notre société ? », « Un téléphone portable dès 8 ans ! Génération future de l’autonomie restreinte ? », « Le SMS abrégé sur le téléphone portable est-il nuisible à la langue française ? », « Le téléphone portable n’est-il pas les petites oreilles de Big Brother ? » …

    Pensez à informer vos proches de cet événement pas comme les autres ! 

     

        

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

    La joie d'être parents !

     
     

    Que ce soit votre cas aujourd'hui ou demain,
    que votre enfant soit ou devienne «hors de votre contrôle»,
    ne vous en faites pas !

    Consolez-vous en lisant ceci :

    Après avoir créé le ciel et la terre, Dieu a créé Adam et Ève.
    Et la première chose qu'il leur a dite, c'est : «Ne faites pas ça !»

    «Pas faire quoi ?» demande Adam.
    «Ne mange pas du fruit défendu», Dieu répondit.

    «Fruit défendu ? Quel fruit défendu ?
    Hé... Ève... on peut manger un fruit défendu!»

    «Non...?» «OUI...!»

    «Ne mangez pas ce fruit que je vous ai montré !», répète Dieu.»

    «Pourquoi?»

    «Parce que... je suis votre père et que je le dis !
    Je sais ce qui est bon pour vous !»,
    réplique Dieu, en se disant
    qu'il aurait peut-être dû s'arrêter de créer...
    quand il était rendu aux éléphants.

    Quelques minutes plus tard,
    Dieu vit ses enfants «effoirés» dans l'herbe,
    avec une pomme à moitié mangée.

    «Ne vous avais-je pas dit de ne pas manger ce fruit?»

    «Ouais... ouais... tu l'avais dit, «man» !», répond Adam.

    «Alors, pourquoi vous l'avez mangé?»

    «C'est pas moi...», dit Ève.

    «C'est elle qui l'a commencé», dit Adam.

    «Non, ce n'est pas moi.»

    «Oui, c'est toi!»

    «NON !»

    «Ouuuiiiiiii !»

    «NON, maudit menteur !»

    «C'est toi, la maudite menteuse.»

    Ayant atteint sa limite de patience,
    Dieu décida de les punir sévèrement tous les deux,
    en faisant en sorte qu'Adam et Ève
    puissent avoir «eux-mêmes» des enfants.

    Et c'est ainsi que le moule «enfants» fut créé :
    à leur image, et rien... mais rien...
    jamais rien... ni personne...
    n'a pu le mouler différemment depuis des siècles !

    Mais...
    chers parents...
    consolez-vous !

    Si vous avez essayé avec vos enfants,
    encore... et encore...
    et que vous n'ayez jamais réussi,

    NE VOUS SENTEZ PAS COUPABLES !

    DIEU LUI-MÊME N'A PAS RÉUSSI !


    Alors, vous voyez ?
    Vous n'êtes pas des «nuls» !
    Vous êtes l'image de Dieu !



    «Oh boy !»
    Que ça fait du bien de se faire dire ça,
    n'est-ce pas ?

    Conseil du jour :

    Si vous êtes sous tension ou que vous avez un gros mal de tête,
    faites «exactement» ce qu'on dit sur la bouteille d'Aspirine :
    prendre 2 comprimés et... «rester hors de portée des enfants.»

     

    http://cartespostales.chezmaya.com/v2/component/zoo/item/la-joie-detre-parent.html?category_id=203 

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  • CHATS

      

     

     

     


    Un vieux matou, mathématicien émérite

     

    mais fort distrait et incroyablement paresseux,

     

    somnolait à l’entrée d’un temple.

     

    De temps à autre,

     

    il entrouvrait un œil pour compter les mouches du voisinage

     

    et replongeait presque aussitôt dans sa douce léthargie.

     

    CHATS

     

     

     

    Emerveillée par la grâce naturelle,

     

    toute féline, que l’animal avait conservée,

     

    malgré un embonpoint considérable dû à son oisiveté,

     

    le Seigneur des Mondes lui demanda : qui es tu et que sais tu faire ?

    L’autre, sans même entrebaîller ses paupières, marmonna :

    - je suis un vieux chat très savant,

     

    et je sais parfaitement compter.
    CHATS

     

     

     

     

     

    puis, avec une petite moue de dédain amusée, se mit à réciter

     

    : - un… deux… trois… quatre… Chaque chiffre était prononcé

     

    d’une voix plus murmurante et vague.

     

    A sept, le chat était à moitié endormi.

     

    A neuf, il ronflait carrément, âbimé dans un sommeil béat.
    CHATS

     

    puisque tu sais seulement compter jusqu’à neuf,

     

     

     

     

     

    décréta le grand Shiva,

     

    souverain des Sphères, je t’accorde neufs vies.

    C’est ainsi que les chats disposèrent de neuf existences.

     

    Mais Shiva, qui tait aussi un subtil philosophe,

     

    médita longuement.

     

     

     

    CHATS

     

     

     

    Le matou lui avait assuré qu’il pouvait compter jusqu’à l’infini.

     

    Certes, il s’était arrêté au chiffre neuf, puis s’était endormi.

     

    Or, le sommeil, sans nom, sans forme,

     

    sans pensée, n’est-il pas une fidèle préfiguration de l’infini ?

     

    CHATS

     

     

     

     

     


    Alors Shiva compléta son décret :

     

     

     

     

     

    au bout de ses neuf vies le chat accéderait

     

    directement à la félicité suprême.

    (Extrait de la sagesse des chats, Julia Deuley )

     

     

     

    CHATS

     

     

      

     

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    97562_CYGNE3.gif

     

     

     

    46526_CYGNE4.gif

     

     

    Il était une fois le fils d'un Duc de Bouillon égaré dans une forêt profonde qui vint au bord d'un clair ruisseau. Une fée s'y baignait, si belle qu'aucune mortelle ne pouvait prétendre l'égaler. Elle avait laissé sur le rivage ses vêtements ainsi qu'une chaîne d'or, talisman de sa vertu; le jeune seigneur s'en empara et la fée ne put résister à son amour.

    Il lui promit de l'épouser et l'emmena en son château où l'attendait malheureusement une marâtre que la jalousie allait rendre très méchante.

     

    La marâtre
    D'une noire ingéniosité la marâtre enleva les sept enfants que la Dame de Bouillon mit au monde et qui portaient tous au cou une chaîne en or magique comme celle de leur mère. Elle persuada le père que sa femme avait enfanté de sept monstres qu'elle avait fait disparaître.

     

    LE SUPPLICE DE LA DAME

     


    La colère du Seigneur de Bouillon
    Sans vouloir écouter son épouse qu'il avait pris en haine , il la condamna à rester enfouie jusqu'à la poitrine tant qu'elle vivrait. Ayant perdu tous ses pouvoirs en épousant un mortel elle perdit peu à peu sa beauté et fut soumise à toutes les douleurs humaines. Sept ans s'écoulèrent.

     

    L'erreur de la marâtre
    Prise de compassion, la marâtre n'avait quand même pas tué les enfants en les abandonnant dans une profonde forêt. Ils furent recueillis par un vieil ermite.

    Un jour de promenade dans les bois le seigneur rencontra ces enfants , s'étonna de voir une chaîne à leur cou et en parla à son retour. La marâtre ayant deviné qui ils étaient donna l'ordre à un complice de dérober les chaînes qui procurent aux enfants le pouvoir de se métamorphoser.

     


    CONDAMNÉS Á RESTER CYGNES

     

     

     

    Le vol des six chaînes en or.
    Arrivé au bord d'une rivière où nageaient six cygnes le méchant ne se douta pas qu'il s'agissait des enfants de la fée et ravit les bijoux à la sur qui, assise sur la rive attendait ses frères en veillant sur leurs affaires.

    La marâtre confia les chaînes à un orfèvre pour les fondre en une coupe d'or; mais celui-ci ne put travailler l'or magique, garda les chaînes et forgea la coupe avec un autre or.

     

    L'instinct filial.
    Pouvant reprendre sa forme de jeune fille, la soeur découvrit par hasard ou par instinct filial, le lieu de supplice de sa mère mais pas son identité; elle lui apportait ce qu'elle obtenait au château par aumône et venait dormir à ses côtés.

     

    La ressemblance.
    En grandissant la jeune fille ressemblait de plus en plus à sa mère, ce qui provoquait la curiosité du Duc:
    "Je ne sais pas qui étaient mes Parents, lui répondit-elle, mais je sais par contre que ces cygnes sont mes frères".

     

    La vérité éclate.
    La marâtre ayant entendu la discussion ordonna à son complice de tuer la jeune fille. Sans leur talisman, les frères n'ont pu reprendre leur forme humaine et restèrent cygnes, accompagnés de leur soeur qui, elle, avait gardé sa chaîne et pouvait donc de temps à temps se transformer pour partager leur mauvais sort. Tous sept quittèrent la rivière pour venir dans l'étang qui entourait le château de Bouillon. Là, le Seigneur pour les retenir leur fit jeter du pain chaque jour.

     

    UN HEUREUX DÉNOUEMENT

     


    Heureusement, le Duc, arrivé sur les lieux de ce qui allait être un odieux assassinat, arracha l'épée du traître qui finit par révéler la vérité.

     

    L' Aveu
    La marâtre avoua toute l'histoire, l'orfèvre restitua les six chaînes précieuses qui furent remises aux frères et cinq d'entre eux reprirent leur forme humaine.

    La chaîne du sixième avait perdu un anneau et donc son pouvoir magique.

    Condamné à rester Cygne pour toujours,
    le malheureux allait tenir compagnie à jamais
    à l'un de ses frères:
    C'est ce chevalier de Bouillon qu'on surnomma
    le "Chevalier au Cygne"
    .

     

     

      

     

        

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

    si vous voulez vous amuser faite analyser votre blog par

     

     

     

    http://blog.lisabuzz.com/?g=1

     

     

     

    le robot qui critique votre blog

     

     

     

     

     
    Blog : Amitie partage

    Par : Merry


    N y allons pas par quatre chemins, Amitie partage est proprement hallucinant. D un point de vue esthétique, ce blog est soigné, propre et d un gout très sûr. D un point de vue littéraire, il mériterait l équivalent du prix Goncourt du Web. Chaque matin, je brûle de lire les textes splendides de Merry. Ca donne véritablement envie de visiter le Vaste Monde et pourquoi pas, un jour, rencontrer Merry...
     

    Signé : LisaBuzz.
     

     
    AFFICHER CE TEXTE SUR VOTRE BLOG

     

     

     

      

     

      

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

    Bleu: Ça sert à faire le ciel.

     



    Chercher: C'est quand la chambre n'est pas rangée.

    L'écologie: Ça fait pousser les fleurs.

    Un os: On en a partout quand on est squelette.

    Le rap: On a la casquette avec l'avant derrière.

    La tendresse: C'est deux.

    Un village: Ça traverse la route..

    Une pétale: C'est pour faire tenir les fleurs.

    Un truc: C'est quand on ne sait plus dire.

    Un quartier de lune: Un reste de lune.

     

    (Thérèse, Chicoutimi)

    Collation: Quand j'aime pas le dîner de maman.

     

    (Stéphanie, Rimouski)

    Abeilles: C'est pour pas qu'on arrache les fleurs.

     

    (Stéphanie, Rimouski)

    Punition: C'est quand maman veut me faire gentil.

     

    (Stéphanie, Rimouski)

    Économie: Machine à faire des sous.

    Cheville: Poignet de pied. (Linda Cardinal)

    Fourchette: Cuillière avec des pics

     

    (Simon 4 1/2 ans, Verdun)

    Larmes: Jus de peine. (Un petit garçon de 3 ans)

    Griffes: Dents de pattes. (Noémie)

    Cravatte: Bavoir (Jérémie, 2 ans)

    Épi de blé d'inde: Cuisse de blé d'inde (Mylène, 3 ans)

    Cils: Poils de yeux. (Léticia, 3 ans)

    Vitraux d'église: Casse-tête de lumière (Mathieu, 4 ans)

    Lune: Soleil de nuit (Olivier, 4½ ans)

    Hamburger: Fait avec du steak caché, on le cache dans le pain.

     

    (Caroline) 

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique